Problème

Le problème que nous voulions résoudre au niveau des soins de longue durée se situe par rapport à l’isolement social des personnes âgées qui est une réalité souvent observée dans ces milieux. Chez les résidents du 2è étage du centre d’hébergement Armand Lavergne, à l'isolement social s'ajoute également le deuil de l'autonomie de la personne, ce qui augmente le risque de détresse psychologique. Le Programme d'hébergement pour évaluation (PHPE) qui a vu le jour en 2009 a pour mission d'évaluer et d'orienter la personne âgée lorsque le retour à domicile semble compromis. Durant cette période de transition, la personne traverse la plupart du temps une ou plusieurs phases de deuil de son autonomie. Les personnes âgées arrivent à l'unité du 2è étage directement des soins aigus des centres hospitaliers, parfois sans une grande préparation et elles gardent un espoir qu'elles retourneront à leur domicile très bientôt. Or, cet espoir se change en désespoir et même en détresse à chaque rappel des intervenants sur le retour à la maison qui est compromis. Il n'est donc pas rare de voir des personnes qui démontrent des signes de détresse et de dépression lors de leur passage à l'unité d'évaluation. Ces signes de détresse sont encore plus significatifs lorsque la personne n'a pas ou a peu de proches autour d'elle. De plus, comme ces personnes sont en programme transitoire vers une place en coins de longue durée, elles se sentent seulement de passage à l'unité et, de ce fait, les liens avec les autres résidents sont plus difficiles à créer. Au niveau des jeunes l’idée fut surtout pour développer des bonnes habilités relationnelles et leur donner le gout pour une implication sociale future

Commentaires

WOW! Quelle bonne idée. On valorise les personnes âgés en développant les compétences des jeunes BRAVO!!!

Julie Laflamme November 21, 2016




Publier un commentaire
Module_feature_hover Module_hover